4 semaines à Lokossa

Après avoir passé un mois à Cotonou dans notre famille d’accueil et dans le dispensaire « Feed Needs », c’est parti pour 4 semaines au CHD (Centre Hospitalier Départemental du Mono) de Lokossa, dans un appartement avec la secrétaire de l’association (Jeanne)

Départ

Et c’est reparti pour boucler à nouveau nos valises, mais cette fois-ci, tout est beaucoup plus simple car le poids n’est plus de rigueur et le matériel médical transporté depuis la Suisse a été utilisé au dispensaire.

14h : au revoir à la famille qui est déjà pressée de nous revoir pour notre dernière semaine de stage à Cotonou. Et c’est parti pour de nouvelles aventures qui ont commencé dès notre entrée dans le taxi, car le chauffeur n’arrivait pas à fermer le coffre de la voiture de par la taille de nos valises et de la quantité des provisions et des produits ménagers (casseroles, réchaud à gaz, assiettes,…) transportés. Plus de halte jusqu’à Lokossa.

 

Arrivée à Lokossa

Après avoir passé 3h à être secoué dans tous les sens (gendarmes couchés vraiment pas comme chez nous, trous sur les routes), voilà notre voyage achevé. Bref, une courte distance  de longue durée. Plus nous avancions, plus nous nous perdions dans la végétation.

Ouf, nous voilà arrivées dans la maison. Cependant, la surprise fut grande en voyant un matelas et une table dans la 1ère pièce, 2 autres matelas dans la 2ème et une cuisine de la taille d’un cagibi. Le plus étonnant a été de voir l’appartement avec le strict minimum. Par contre, quel bonheur d’avoir ENFIN des toilettes et une douche.

Dès notre arrivée, nous avons éliminé les quelques habitants de la maison, nos amies les araignées, et nous avons installé les matelas avec les moustiquaires. Oups !! Avons-nous pris une moustiquaire ? Encore une fois, Jeanne, pense à tout.

Rencontre de Marcel, infirmier au CHD (en médecine), référant de stage pour nos 4 semaines à l’hôpital. Nous lui avons fait part de nos envies de travailler aux urgences, en pédiatrie, en chirurgie et en médecine. Chacune son tour découvre un service par semaine.

Notre première nuitée dans la maison fût horrible (stock d’eau épuisé, chaleur +++). Cependant, plus aucun problème durant les nuits suivantes.

Dès le lendemain, nous avons fait la connaissance de nos voisins, des étudiants de l’université qui nous ont fait très bonne impression. Dès lors, nous profitons des moments creux pour échanger avec eux et nous promener dans le quartier. Jusqu’à présent, nous avons fait plusieurs activités avec eux : visionnement d’un match de l’euro à l’université, divers jeux de cartes, foot au parc, écoute de musique (chacun met sa musique pour tout le quartier, mix de sons étranges)

Hôpital

Visite de l’hôpital et répartition dans les différents services. Tiziana a commencé son stage en chirurgie, Justine en pédiatrie et Katia aux urgences en sachant que le CHD comporte également la maternité, la réanimation (salle de réveil et pré opératoire), 3 blocs opératoires, l’ophtalmologie, la radiologie, le laboratoire d’analyses et banque de sang, la pharmacie, et d’autres bâtiments (buanderie, morgue, administration,…)

Ici, le personnel fait des garde de 24h voire bien plus, car les relève ne sont pas respectées et les soignants arrivent dans la matinée.

Le rôle de chacun n’est pas réellement défini. Les aides font le travail des infirmiers (ils sont formés sur le tas) et ces derniers celui des médecins, dû au manque d’effectif.

Dès notre arrivée dans l’hôpital, le personnel nous a dit que le CHD de Lokossa a été construit par des chinois. En effet, nous avons constaté que leur effectif était considérable (13 médecins chinois : gynécologue, radiologue, ophtalmologue, orthopédiste, pharmacien,…). Ils viennent, en mission, pour une durée de 2-3 ans, chaque année. Cependant, le dialogue n’est pas toujours évident, car ils parlent très peu le français. Des interprètes sont donc présents en cas de besoin.

Un système sanitaire très différent du nôtre. Voici quelques exemples :

  • Un médecin est responsable de plusieurs pavillons (services) à la fois. Voilà pourquoi les infirmiers font le travail des médecins.
  • Durant la consultation, les soignants prescrivent du matériel, des traitements ainsi que certains examens. Les patients paient alors le tout avant de bénéficier des soins. Cependant, beaucoup d’entre eux n’ont pas les moyens de payer la totalité et font alors une sélection avant l’achat. Très souvent les soignants se voient dans l’obligation de renvoyer les patients car ils n’ont pas le matériel nécessaire pour élaborer le soin. Il faut savoir que l’hôpital ne fournit ….
  • Pas de poches de sang pour les patients venant en urgence. Ils sont donc envoyés dans un plus grand hôpital qui se situe à 2h de voitures de Lokossa.
  • Lorsque le matériel est prescrit aux patients par les professionnels de la santé, il n’est pas toujours disponible à la pharmacie du CHD. Ils doivent alors aller à la pharmacie de la ville.  Voici deux exemples vécus durant nos veilles aux urgences :
    • Pour le cas d’un patient souffrant d’une péritonite aigüe, une sonde naso-gastrique était nécessaire pour la vidange du contenu de l’estomac. Impossible d’en trouver dans tout l’hôpital. Le matériel disponible sur place  a donc été utilisé (découpage de deux uriflac pour construire une sonde naso-gastrique)
    • Un patient venu en milieu de nuit pour se faire recoudre au niveau du tibia. Pas possible de trouver du fil pour suturer la plaie. Heureusement que c’est un service d’urgence.
  • A l’hôpital, ce n’est pas le personnel qui effectue les soins de nursing (toilettes, repas…), mais ce sont les gardes malade (famille du patient) qui s’occupent du bien-être de la personne hospitalisée. Ces derniers font diverses tâches telles que : achats du matériel pour les soins, nettoyage du sol de la chambre, fourniture et lavage des draps de lits (pagne), ils contrôlent les urines et nettoient les sels et d’éventuels vomissements etc. Ils restent près des malades 24h/24 et dorment même par terre (dans la chambre ou dans les couloirs)
  • Il est  impressionnant de voir que les parents attendent la dernière minute avant de se présenter aux urgences. C’est souvent lors d’un état critique voir d’un coma que l’inquiétude s’installe et qu’ils se déplacent pour se faire soigner

 

Occupation de nos après-midi

Lorsque nous finissons le travail à l’hôpital et après avoir dîné, nous profitons pour passer du temps à la garderie où nous pouvons profiter des enfants, mais surtout nous imprégner des pratiques culturelles béninoises telles que :  attacher l’enfant au dos avec le pagne, les laver dans une bassine à l’eau froide (pour les habituer), changer les couches artisanales ( langes en tissu), préparer un biberon de bouillie…

Visites

–          Grand Popo :  Après une longue marche sous un soleil  de plomb, nous voilà enfin arrivées à l’auberge de Grand Popo (ville natale de Jeanne). Nous avons pu y manger notre premier bout de viande rouge que nous avons dégusté pleinement. Une vue paradisiaque sur les cocotiers et l’océan a accompagné notre repas. Par la suite, une baignade dans l’océan et la piscine de l’auberge a rafraîchit notre journée.

Ayant énormément apprécié cette endroit, nous y sommes retournées à deux reprises pour « bronzer» (pas de chance avec le temps…) mais dans deux autres hôtel le long de la rive (Hôtel Awalé et Bel Azur)

 

–          Athiémé : Marcel  (notre responsable de stage)  nous a accompagné au bord du fleuve le MONO qui sépare le Togo du Bénin. Pour cause de mauvais temps, nous n’avons pas pu traverser le fleuve en pirogue pour débarquer au Togo. Cependant, nous avons pu profiter d’observer la vie autour du fleuve : les femmes lavant linge et vaisselle, et les hommes leur moto, alors que les enfants profitaient de se laver tout en jouant et certains pêchaient des crevettes. A notre retour, la pluie nous a rattrapé et nous avons donc dû nous arrêter sous une paillotte en attendant qu’elle se calme.

 

–          Abomey : ville royale où nous avons profité de nous échapper dans son histoire en visitant son musée. Nous avons pu découvrir 2 des 12 palais restaurés qui étaient jusqu’en 1990 occupé par les rois. Avant de renter, nous sommes passées par la place de Goho où se dresse la statue du roi Béhanzin (dernier souverain de Danxomè à avoir assumé la totalité du pouvoir). Après ces visites, petit creux, Jeanne nous a donc fait déguster pour la première fois un plat typique béninois, amiwo + viande (pâte rouge de maïs et ailerons). Au retour nous avons fait une halte au marché de Kissamey où se trouve le centre de santé de Marcel. Difficile de passer inaperçues dans ce marché bondé, quand une troupe d’enfant nous suit à la trace pour nous regarder.

 

–          Possotomè : Village où l’eau minérale est mise en bouteille avant d’être acheminée dans le commerce. La population se ravitaille grâce à cette eau de source sortant d’une fontaine. Les enfants en profitent pour jouer et se laver. Nous étions accompagnées de l’ophtalmologue du CHD qui nous a fait découvrir deux lieux magnifiques. Un plus beau que l’autre. L’hôtel  Chéthéo où nous risquons de retourner prochainement pour manger sur l’eau afin de passer une belle soirée alors que le village d’Ahémé qui se trouve à quelque pas de l’hôtel mérite d’être fréquenté la journée pour bronzer! Pas de souci nous y serons. Nous avons pu déguster chacune une noix de coco fraîche qu’un petit de 10 ans nous l’a découpé en quelques coups de coupe-coupe.

 

Publicités

Nos aventures depuis notre arrivée!!!

La salle d’accouchement

Salle d’accouchement

Dans cette pièces, 2 accouchements peuvent être faits simultanément. Un drap est mis au milieu de la salle et le travail peut commencer.

Nous avons déjà vu 5 accouchements en moins d’une semaine et bientôt nous pourrons avoir la chance de jouer le rôle de sage-femme!

La salle d’hospitalisation

La salle d’hospitalisation est composée d’une seule chambre qui peut accueillir jusqu’à 7 patients simultanément.

Singing in the rain or under the shower?

Douche à l’africaine

Dimanche 13 mai, nous avons profité de l’orage pour prendre notre douche avec les filles de la famille dans la cours de la maison

Matériel reçu et acheté grâce à vos dons!! Merci…

Voici tout ce que nous prenons au Bénin grâce à vos dons…

L’argent qui nous restait à été échangé en euro et sera échangé en FCFA (monnaie du pays) à notre arrivée sur place…

Merci pour vos dons

Le matériel que nous emportons

MERCI  encore pour vos dons!!!